Analyse lineaire, etude lineaire la rencontre entre la princesse de Cleves et M. de Nemours, scene d’un bal (Premiere part), de «Elle passa tout Au moment des fiancailles chez elle a se parer » a «mais de tout le soir, il ne put admirer que madame de Cleves », Madame d’la Fayette, 1678.

Analyse lineaire, etude lineaire en rencontre entre la princesse de Cleves et le duc de Nemours Scene du bal (toute premiere part), de « Elle passa tout Au moment des fiancailles chez elle a se parer » a « mais bien le soir, il ne put admirer que madame de Cleves ».

Analyse apres l’article

(Ceci reste un modi?le et non un modele. Votre reflexion personnelle est en mesure de mener a d’autres pistes de lecture)

Elle passa tout le jour des fiancailles chez elle a se parer, Afin de se tomber sur le jour au bal et au festin royal qui se faisaient au Louvre. Lorsqu’elle arriva, l’on admira sa beaute et sa parure ; le bal commenca, et comme celle-ci dansait avec monsieur de Guise, il se fit votre assez grand bruit par la porte d’une salle, comme de quelqu’un qui entrait, ainsi, a qui on faisait place. Madame de Cleves acheva de danser et pendant qu’elle cherchait des yeux quelqu’un qu’elle avait dessein de prendre, le roi lui cria de prendre celui qui arrivait. Elle se tourna, et vit 1 homme qu’elle crut d’abord ne pouvoir etre que monsieur de Nemours, qui passait par-dessus deux sieges Afin de arriver ou l’on dansait. Ce prince etait fera d’une sorte, qu’il etait complexe de n’etre pas surprise de le voir si on ne l’avait jamais surpris, surtout votre soir-la, ou le soin qu’il avait commande de se parer augmentait encore l’air brillant qui etait dans sa personne ; mais il etait Complique aussi d’observer madame de Cleves pour la toute premiere fois, sans avoir un grand etonnement.

Monsieur de Nemours fut tellement surpris de sa beaute, que, lorsqu’il pantalon proche d’elle, ainsi, qu’elle lui fit la reverence, il ne put s’empecher de donner des marques de le admiration. Quand ils commencerent a danser, il s’eleva dans la salle un murmure de louanges. Le roi et les reines se souvinrent qu’ils ne s’etaient pas vus, ainsi, trouverent quelque chose de singulier de les voir danser ensemble sans se connaitre. Ils les appelerent di?s qu’ils eurent fini, sans leur donner le loisir de parler a personne, et un demanderent s’ils n’avaient nullement bien besoin de savoir qui ils etaient, ainsi, s’ils ne s’en doutaient point.

Pour moi, Madame, dit monsieur de Nemours, je n’ai jamais d’incertitude ; mais comme madame de Cleves n’a nullement les memes raisons Afin de deviner qui je suis que celles que j’ai pour la reconnaitre, je voudrais bien que Votre Majeste eut la bonte de lui savoir le nom.

– Je crois, dit madame la dauphine, qu’elle le sait aussi bien que vous savez le sien.

– Je vous assure, Madame, reprit madame de Cleves, qui paraissait quelque peu embarrassee, que je ne devine pas si beaucoup que vous pensez.

– Vous devinez fort bien, repondit madame la dauphine ; et depuis aussi quelque chose d’obligeant pour monsieur de Nemours, a ne vouloir gui?re avouer que vous le connaissez sans l’avoir jamais vu.

La reine nos interrompit afin d’effectuer continuer le bal ; monsieur de Nemours prit la reine dauphine. Cette princesse etait d’une parfaite beaute, ainsi, avait paru telle aux yeux de monsieur skout tarif de Nemours, avant qu’il allat en Flandre ; mais de tout le soir, il ne put admirer que madame de Cleves.

Analyse lineaire, etude lineaire d’une rencontre entre la princesse de Cleves et M. de Nemours scene du bal (Premiere part), de « Elle passa tout le jour des fiancailles chez elle a se parer » a « mais tout le soir il ne put admirer que madame de Cleves ».

En 1678 parait votre roman entoure de mysteres, anonyme, ainsi, original pour l’epoque par le court format : quatre tomes et quelques deux cents pages, la ou nos romans s’ecoulaient via diverses milliers de pages. Ecrit via Madame de La Fayette, une figure une noblesse proche de Madame de Sevigne ou une Rochefoucault, la Princesse de Cleves rencontre immediatement le succes. Contant l’histoire tragique d’un amour impossible entre une jeune aristocrate, mariee au Prince de Cleves plus age qu’elle, et le duc de Nemours a Notre cour d’Henri II (1558-1559), l’auteur invente le genre du roman psychologique, et offre evidemment un temoignage des m?urs de son epoque a la cour de Louis XIV. ( accroche avec precisions sur l’oeuvre)

L’extrait propose se situe dans la premiere partie de l’?uvre, et finit l’incipit. Mal de temps apres le mariage d’une princesse de Cleves, un bal est organise au Louvre pour des fiancailles du duc de Lorraine et de la seconde fille du roi, Claude de France. La scene decrite voit la premiere rencontre entre la princesse et le duc de Nemours se derouler. C’est donc la fin de l’incitait avec l’apparition du soir personnage important du roman. (description generale d’un texte)

En quoi cette scene de bal est-elle theatrale? ( Problematique)

Le premier mouvement, dans le premier paragraphe ( de « Elle passa tout le jour » a « sans avoir un grand etonnement »), presente le contexte, les conditions de une telle toute premiere rencontre. Puis, le second paragraphe ( de « Monsieur de Nemours » a « et s’ils ne s’en doutaient point ») decrit les deux qui dansent ensemble. Enfin, le soir mouvement reste comprend le discours direct de la fin de l’extrait avec la presentation des deux personnages a la famille royale. (Annonce de plan, des mouvements)